• -> Il pleut bergère



     

    Il pleut, il pleut bergère
    Presse tes blancs moutons
    Allons sous ma chaumière
    Bergère vite allons
    J'entends sous le feuillage
    L'eau qui tombe à grand bruit
    Voici, venir l'orage,
    voici l'éclair qui luit

    Entends tu le tonnerre ?
    Il roule en approchant
    Prends un abri bergère,
    à ma droite en marchant
    Je vois notre cabane
    Et tiens voici venir
    Ma mère et ma soeur Anne
    qui vont l'étable ouvrir

    Bonsoir, bonsoir ma mère
    Ma soeur Anne bonsoir
    J'amène ma bergère
    Près de nous pour ce soir
    Va te sécher, ma mie
    Auprès de nos tisons
    Soeur, fais lui compagnie
    Entrez petits moutons

    Soignons bien, oh ma mère,
    Son tant joli troupeau
    Donnez plus de litière
    A son petit agneau
    C'est fait allons près d'elle
    Eh bien donc te voilà
    En corset qu'elle est belle
    Ma mère voyez la

    Soupons, prends cette chaise
    Tu seras près de moi
    Ce flambeau de mélèze
    Brûlera devant toi
    Goûte de ce laitage
    Mais tu ne manges pas ?
    Tu te sens de l'orage,
    Il a lassé tes pas

    Eh bien voilà ta couche,
    Dors-y bien jusqu'au jour,
    Laisse moi sur ta bouche
    Prendre un baiser d'amour
    Ne rougis pas bergère,
    Ma mère et moi demain,
    Nous irons chez ton père
    Lui demander ta main

    Philippe Fabre d'Eglantine (1750-1794)


    votre commentaire
  • -> À la claire fontaine

     

    À la claire fontaine
    M'en allant promener
    J'ai trouvé l'eau si belle
    Que je m'y suis baigné
    Il y a longtemps que je t'aime
    Jamais je ne t'oublierai !
    Sous les feuilles d'un chêne
    Je me suis fait sécher
    Sur la plus haute branche
    Un rossignol chantait
    Il y a longtemps que je t'aime
    Jamais je ne t'oublierai !
    Chante, rossignol, chante
    Toi qui a le coeur gai
    Tu as le coeur à rire
    Moi, je l'ai à pleurer
    Il y a longtemps que je t'aime
    Jamais je ne t'oublierai !
    J'ai perdu mon amie
    Sans l'avoir mérité
    Pour un bouquet de roses
    Que je lui refusai
    Il y a longtemps que je t'aime
    Jamais je ne t'oublierai !
    Je voudrais que la rose
    Fut encore au rosier
    Et que ma douce amie
    Fut encore à m'aimer.
    Il y a longtemps que je t'aime
    Jamais je ne t'oublierai !


    votre commentaire
  • -> Il était un petit navire

    Il était un petit navire
    Il était un petit navire
    Qui n'avait ja, ja, jamais navigué
    Qui n'avait ja, ja, jamais navigué
    Ohé, ohé...
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Il entreprit un long voyage
    Il entreprit un long voyage
    Sur la mer mé, mé, Méditérannée
    Sur la mer mé, mé, Méditérannée
    Ohé, ohé...
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Au bout de cinq à six semaines
    Au bout de cinq à six semaines
    Les vivres vin, vin, vinrent à manquer
    Les vivres vin, vin, vinrent à manquer
    Ohé, ohé...
    On tira z'à la courte paille
    On tira z'à la courte paille
    Pour savoir qui, qui, qui serait mangé
    Pour savoir qui, qui, qui serait mangé
    Ohé, ohé...
    Le sort tomba sur le plus jeune
    Le sort tomba sur le plus jeune
    Bien qu'il ne fut, fut, fut pas très épais
    Bien qu'il ne fut, fut, fut pas très épais
    Ohé, ohé...
    On cherche alors à quelle sauce
    On cherche alors à quelle sauce
    Le pauvre enfant se, se, serait mangé
    Le pauvre enfant se, se, serait mangé
    Ohé, ohé...
    L'un voulait qu'on le mit à frire
    L'un voulait qu'on le mit à frire
    L'autre voulait le, le fricasser
    L'autre voulait le, le fricasser
    Ohé, ohé...
    Pendant qu'ainsi on délibère
    Pendant qu'ainsi on délibère
    Il monta sur, sur, sur, le grand hunier
    Il monta sur, sur, sur, le grand hunier
    Ohé, ohé...
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Il fit au ciel une prière
    Il fit au ciel une prière
    Interrogeant, geant, geant l'immensité
    Interrogeant, geant, geant l'immensité
    Ohé, ohé...
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    Ohé, ohé Matelot
    Matelot navigue sur les flots
    O sainte Vierge, ô ma patronne
    O sainte Vierge, ô ma patronne
    Empêchez-les, les, les de me manger
    Empêchez-les, les, les de me manger
    Ohé, ohé...
    Au même instant un grand miracle
    Au même instant un grand miracle
    Pour l'enfant fut, fut, fut réalisé
    Pour l'enfant fut, fut, fut réalisé
    Ohé, ohé...
    Des p'tits poissons dans le navire
    Des p'tits poissons dans le navire
    Sautèrent bientôt, tôt, tôt par milliers
    Sautèrent bientôt, tôt, tôt par milliers
    Ohé, ohé...
    On les prit on les mit à frire
    On les prit on les mit à frire
    Et le p'tit mousse, mousse, mousse fut sauvé
    Et le p'tit mousse, mousse, mousse fut sauvé
    Ohé, ohé...

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique